Crêtes et Sentiers Bages

randonnées

le 29-09-2017 21:10

2017-09-16 Corsavy

                                          Le 16 Septembre 2017



La Forêt Mystérieuse de CORSAVY

 

     avec Gérard

 

13 + 4 Randonneurs

IBP : 55

Distance : 13, 680 Km

Durée totale : 6 h 30

Temps de repos : 2 h 00

Moyenne de déplacement : 3.2 Km/h



Température de 7° le Matin et de 12 à 18° à partir de Midi

Pluie annoncée par Marie – Jeanne à partir de 14 heures…

 

               

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 

                 



 


 
 
le 29-09-2017 21:05

2017-06-14 Céret

        Avec Marcel à Céret le 14 septembre 2017

 

                    Reprise des jeudis rando ce 14 septembre avec Marcel à Céret, direction le Coll de Bousseills.
19 marcheurs par un temps agréable à l’abri de la tramontane qui soufflait fort au départ de Bages.

 Photos de Christian Dequier

 

 

            

                       

                 

                 

                 

                 

                 

                                                              


 

 


 

 


 
 
le 28-09-2017 22:11

2017-09-07 Gavarnie

Le 07 Septembre 2017


 

 

La Brèche de ROLAND

 

 

 

à GAVARNIE


 

9 Randonneurs et pas du Dimanche


IBP : 91

Qui ne correspond pas à la difficulté…


Distance : 12.750 Km

 

Durée totale : 8 h 25 mm

 

 

Déplacement : 5 h 28 mm

 

Temps de Pause : 2 h 56 mm

 

Moyenne de déplacement : 2.3 Km/h


 

Température de 4 à 12° Maximum

 

Très Beau Temps

 

 

Données GPS --------> ICI

 

 

 

GAVARNIE… ON THE ROCKS !


Si Gavarnie est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, c’est justice ! Quel site époustouflant, indescriptible ! Et qui pourrait l’être encore plus dans quelques années, tant le réchauffement climatique y apparait menaçant ! Quel terrain de jeux pour les géologues et les amateurs de montagne et de rochers !

Aucun doute, cet enthousiasme est partagé par les dix mordus de notre club qui viennent d’y passer trois jours, mais qui dès le second croyaient y être depuis quinze jours : dépaysement complet, oubli instantané de tous les soucis du quotidien… Sans compter la visite à Saint-Bertrand de Comminges, improvisée au retour à cause d’une météo moins propice, mais faisant suite à deux journées idéalement ensoleillées…


Le départ était convenu pour le mercredi 6 septembre au matin. Les prévisions météo étaient, la semaine précédente, très mauvaises, mais améliorées depuis… Le temps d’aller quérir notre véhicule 9 places ( un Citroën Jumpy ) loué à Intermarché, tout le monde est prêt à 10 h 20 et monte en voiture, la Clio de Gérard conduite par lui-même et le Jumpy conduit par François. Aline et Monique sont avec Gérard, Simone, Louisette, Josette, Nicole, Sylviane et Marie-Jeanne avec François. Arrêt repas ( tiré des sacs ) à Toulouse-sud, il tombe des gouttes, nous obtenons la permission de nous installer à l’intérieur sur les tables de la cafétéria ( il n’y a pas foule… ). Poursuite du trajet sous un temps couvert ponctué d’averses de bruine. Une petite pensée pour Bernadette ( la nôtre ) en passant à Lourdes, nous arrivons à Gèdre ( c’est juste avant Gavarnie ) à 16 h ; après quelques achats de nourriture et une visite à l’Office du Tourisme, comme nous ne pouvons pas disposer des mobil-homes retenus avant 18 h, nous décidons d’aller jusqu’au barrage des Gloriettes, à une douzaine de kilomètres plus haut ( pas de pitié pour les conducteurs : route de montagne pentue et étroite ) pour y trouver un joli lac à près de 1700 m d’altitude.

Nous arrivons au camping du « pain de sucre » un peu après 18 h, le long du gave de Pau entre Gèdre et Gavarnie, et nous nous installons dans les trois mobil-homes retenus : Simone, Louisette, Josette et Marie-Jeanne dans le plus huppé ( néanmoins pas plus grand que les autres ), Sylviane, François et Gérard dans le second, quasiment neuf, plutôt spacieux, et Aline, Monique et Nicole dans le troisième. Nous sommes tous agréablement surpris de cette formule d’hébergement jamais pratiquée, et de l’équipement parfait de ces mobil-homes.

Après des repas sommaires pris chacun chez soi, première séance des « aventuriers du rail » avec Louisette, Nicole, Sylviane et François.


Nuit fraîche qui impose l’utilisation de toutes les couvertures disponibles ( les nuits suivantes, l’usage plus rationnel du chauffage résoudra ce petit problème ), lever dès 6 h parce qu’aujourd’hui, nous partons à l’assaut des montagnes…

Nous partons donc à 7 h 25, sans Sylviane, donc avec seulement le Jumpy ( à neuf, ça va très bien ) vers le col des Tentes, à 2208 m d’altitude, à une dizaine de kilomètres au-dessus de Gavarnie, d’où nous partons à pied à 8 h pile. Le début de la rando est paisible : chemin revêtu, quasiment plat, vers le Port de Boucharo, à 2271 m, nous y sommes à 8 h 30. Et c’est ici que commence réellement l’ascension. Assez tranquillement d’abord, sur le flanc nord du Taillon, puis le chemin atteint des amas de rochers moins confortables, prend de la pente et atteint une zone plus délicate parcourue par le gave des Tourettes, en cet endroit plutôt en forme de cascades multiples : non pas qu’il y ait beaucoup d’eau ni de courant, mais les pierres sont gelées et ça glisse terriblement, avec une pente accentuée et pas vraiment de sentier… Moyennant quelques frayeurs, nous en venons à bout, mais la perspective de la descente n’est pas rassurante…

L’ascension se poursuit jusqu’au col des Sarradets, sans difficulté particulière ( après la séance des cascades, nous ne nous rendons même pas compte que ça monte fort : ce n’est qu’à la descente que nous en prendrons conscience. Pour rassurer ceux qui lisent aujourd’hui et voient la carte, il reste bien peu de chose du glacier du Taillon, et le chemin ne l’affleure pas. Nous arrivons ainsi au refuge des Sarradets, qui est en travaux pour une importante extension. Vue particulière sur le cirque de Gavarnie et sa grande cascade, depuis au-dessus…

Nous y laissons Josette, bien contente déjà d’être venue jusqu’ici ; du reste, elle n’est pas seule : nombreux sont ceux et celles qui s’y arrêtent… Les autres ( il en reste huit ) attaquent alors la brèche de Roland : ça commence par une forte grimpette sur la moraine d’un petit glacier réduit à l’état d’un névé : montée assez pénible sur un sol graveleux où à chaque pas de trente centimètres on redescend de quinze ! Nous parvenons ainsi à une crête, à 2720 m, avant de traverser ce qui reste du glacier de la brèche, ici aussi un vaste névé presque horizontal, absolument sans risque, et nous entamons, en ordre dispersé, le dernier raidillon pour atteindre la brèche de Roland, à un peu plus de 2800 m, battue par un vent froid peu accueillant. Il est midi moins le quart.

Lieu impressionnant que cette brèche de Roland : une ouverture tranchée dans une barre rocheuse étroite, avec des falaises d’environ 70 m des deux côtés, et pentes abruptes ( quasi-vertigineuses ) de part et d’autre.

Pour aller plus loin, il ne reste que Monique et François, qui s’engagent le long de la falaise sud ( côté Espagne ) direction ouest, vers le Doigt : le sentier sans difficulté longe la falaise, dont le pied est ponctué de grottes ou anfractuosités qui permettent de bivouaquer à l’abri. Puis la pente s’accentue pour atteindre le Doigt, reste de la barre rocheuse détaché d’elle, très impressionnant aussi : piton isolé de près de cinquante mètres de hauteur, perché entre deux pentes ici réellement vertigineuses… Nous sommes à environ 2930 m, plus haut que le Carlit… Mais nous n’irons pas plus loin, le vertige étant rédhibitoire pour François… Il est midi dix, nous redescendons, non sans faire de nombreuses photos, et sommes de nouveau à la brèche à midi et demie, où nous retrouvons les autres qui, ayant mangé entre temps, repartent aussitôt vers la descente.


Nous mangeons donc en duo, tranquillement, et repartons à 13 h 10, d’abord doucement dans la partie rocheuse – assez semblable à la partie haute du Carlit – puis, arrivés à la moraine dont le sentier est très glissant, nous descendons en courant, ce qui est plus aisé et moins fatiguant dès lors qu’on y parvient, au vu de nos collègues qui nous attendent en bas et tremblent de peur en nous voyant…

Regroupement général donc au refuge, et en route pour la descente dans la cascade, redoutée par tous. D’abord la partie de forte descente, puis recherche du meilleur passage à travers le torrent, nous trouvons un passage facile, d’autant plus que les pierres ne sont plus gelées.

La fin de la descente jusqu’au port de Boucharo est interminable quoique peu pentue, on voit le parking en face de bout en bout, ayant l’impression de ne pas avancer… Enfin le port de Boucharo – bien venté lui aussi - et la dernière partie très facile, pour retrouver notre Jumpy vers 16 h 10. Arrivée au camping à 16 h 45.

Le soir, nous mangeons au restaurant du camping, pizzas pour certains, frites à gogo pour d’autres.


Le lendemain, le lever est plus tardif, pour un départ à 8 h ½ vers Gavarnie – village, puis à pied vers le cirque. Il fait très beau, mais le fond de la vallée est à l’ombre jusque vers 11 h, il fait plutôt frais, nous marchons d’un pas soutenu, par le chemin de la rive droite du gave… Nous arrivons à l’hôtel de la cascade, à l’ombre, vers 10 h et poursuivons vers la cascade, nous observons un joli troupeau de chamois ( une vingtaine ) et atteignons le pied de la cascade vers 11 h ½. Curieusement, le site paraît moins énorme de près que de loin : nous sommes face à plus mille mètres de falaises, certes étagées, mais ce serait 200 m, ce serait pareil. Inversement, le chemin de l’hôtel au pied de la cascade paraît court, mais il faut une bonne heure pour le parcourir. Néanmoins ce site est exceptionnellement gigantesque, merveilleux, passionnant.

Nous revenons vers l’hôtel, nous nous installons en terrasse pour y manger, servis par un homme à la mesure du site, très efficace et sympathique. Nous en repartons vers 14 h, et redescendons par un sentier très joli, sur la rive gauche du Gave, si séduisant que nous y faisons une pause sieste étendus dans l’herbe, soleil ou ombre à volonté.

Nous arrivons à Gavarnie vers 17 h, il est temps de faire quelques achats de souvenirs, puis Nicole a le bon goût d’offrir à boire à tous, cependant que les filles offrent à chacun des chauffeurs un très joli couteau souvenir, acquis quelques minutes plus tôt dans la plus grande discrétion…

Le soir, initiation aux Aventuriers du Rail pour Aline et Gérard ( et Monique qui ne joue pas ), avec Nicole.


Le lendemain, jour du retour, il pleut… Chacun range ses affaires, puis les courageuses font le ménage des mobil-homes ; à 9 h 20 tout est en ordre, et nous partons un peu avant dix heures. Pluie jusqu’à Lourdes, nous avons prévu un petit crochet par Saint-Bertrand de Comminges où nous arrivons vers onze heures. Visite de la cathédrale, d’abord la partie « libre », déjà très intéressante, puis la partie payante, mais avec un tarif « groupe » à 3 € par personne : nous visitons ainsi les magnifiques stalles, très intéressantes par leur beauté et parce qu’elles figurent beaucoup de personnages féminins modérément habillés, ce qui est rare dans les œuvres de cette époque et les autres stalles connues ( Auch et Saint-Claude pour les plus connues ). Très belle marqueterie aussi sur le trône épiscopal. Très belles tapisseries aussi, incontestablement ce lieu vaut le voyage.

Nous ressortons vers midi et demie, pour entrer « chez Simone », où nous mangeons, notamment de la pintade flambée à l’armagnac fort bonne. Puis nous reprenons la route, pour arriver à Bages à 18 h…

 

            


Excellent séjour, qui vaudra 157 € par personne, avec deux repas inclus, soit moins de 120 € hors repas : bonnes expériences concluantes d’une part pour le transport, la location d’un véhicule 9 places s’étant avérée très intéressante, tant en coût qu’en commodité, d’autre part pour l’hébergement, les mobil-homes s’étant avérés très confortables et économiques. Excellente ambiance par ailleurs, tout au long du séjour, aucun incident si minime soit-il n’ayant été observé.

 

    

    

    

    

    

                                                                              

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

       

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

        

                                                         

      

      

      

                                                         

       

       

       

       

       

                                                       

 

oooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

      

          

          

            

          

          

            

          

          

 


 
 
le 28-09-2017 21:16

Les dernières photos dde Savoie-Vrac-Louis Chu Miow Lin

              Les dernières photos de Savoie

                 Vrac par Louis Chu Miow Lin

 

            

            

    

              

              

              

              

              

               

     

                                           

                                                                     

             

 

       

 


 
 
le 03-09-2017 22:10

2017-08-29 Les Pérics

Le 29 AOUT 2017 Le PERIC -----> ICI

11 Randonneurs

IBP :  85
Distance :  17, 720 Mètres
Durée totale : 9 H 14 mm
Déplacement : 6 h 23 mm
Temps de pause : 2 h 50 mm
Moyenne de déplacement : 2.9 Km/h
Température de 13 à 15° et 25° au soleil sans vent.
Très belle journée ensoleillée,
 quelques nuages dans l’après – midi
et trois gouttes avec un léger vent.
 

abituels dans les Pyrénées orientales, bonne ambiance malgré, mais aussi grâce à la dispersion permettant à chacun de marcher à sa mesure et selon ses désirs.
 

 

LE PERIC … ou presque !


C’est la dernière rando du programme d’été, et cette fois la participation est plus étoffée : nous sommes cinq au départ de Bages, à 6 heures, mais nous devons rejoindre trois autres aux Bouillouses : en fait, nous serons onze, Marie-Hélène d’une part, Monique et Henri ( qui ne sont pas au club, mais partenaires habituels des randos en Cerdagne ) d’autre part venant compléter cet effectif. Il fait bon, nous sommes au départ de la navette de 7 h 45 et partons vers 8 h 10, le long du lac des Bouillouses, sur ce fameux chemin « qui ondule dans tous les plans de l’espace ». A l’aller, on ne s’en aperçoit guère, mais le retour est toujours épuisant.


Nous atteignons le bout du lac au bout d’une heure, nous n’avons pas monté d’un mètre ! Mais ça commence : un bon raidillon jusqu’au lac de l’Esparver, puis nous atteignons la cabane verte : premier partage du groupe : cinq avec Simone vers le lac bleu, six vers le Péric ; montée à flanc en dahus pour rejoindre la combe de la Llosa ( sous les Pérics ) et nous montons, nous montons… Aline rend son tablier à 2450 m ( c’est déjà pas mal ! ) auprès d’un tout petit lac tout rond, mais les cinq autres continuent à monter dans un vaste pierrier, de plus en plus aigu ; tandis que les autres montent tout droit vers la crête, François suit le chemin ( si l’on peut dire ) qui passe par le col entre les deux Pérics, et tout le monde se rejoint un peu plus haut ( altitude 2640 ). Nouveau partage du groupe : Gérard et François décident d’arrêter là, les trois autres ( Monique – qui a déjà bien entamé la dernière partie – et Henri, accompagnés par Jean ) continuent vers le sommet, avec l’intention de descendre par l’autre côté ( vers le lac bleu ) : ainsi Jean sera le seul du club à aller au sommet…


Redescente dans le pierrier, nous rejoignons Aline près de son lac, où nous mangeons, puis petite sieste, le lieu est très confortable, mais mal abrité du vent. Nous reprenons la descente, cette fois-ci en suivant la Coma, dans un très joli paysage très verdoyant, parcouru par des ruisseaux sinueux ; puis nous obliquons à droite vers la cabane verte, point fixé pour retrouver le reste du groupe. Mais ladite cabane se dérobe à nos yeux quelque temps, nous cherchons et la retrouvons enfin, avec le groupe de Simone. Nous y attendons les trois autres ( ceux du sommet ) annoncés dans les dix minutes, mais arrivant après quarante…


Nous continuons la descente en passant au-dessus de l’Esparver, très joli point de vue, mais nous perdons Nicole, qui, en avance, est descendue par le chemin de montée. Nous la retrouvons au niveau de la passerelle sur la Têt. La fin de la descente est très lente, Jeannot se ressentant quelque peu de sa témérité. Nous arrivons ainsi à la navette vers 5 h 20, et reprenons la voiture vers 6 h, pour arriver à Bages à 7 h ½…

Belle rando, longue, beaux paysages inhabituels dans les Pyrénées orientales, bonne ambiance malgré, mais aussi grâce à la dispersion permettant à chacun de marcher à sa mesure et selon ses désirs.

 

                  

                  

                  

                  

                  

                  

                  

 

                                                                                           Photos et GPS de Gérard.

 

 


 
 
le 23-08-2017 22:52

2017-La Savoie

                La Savoie-Val Cenis

                     le 24 juin 2017

 VAL  CENIS : LE  SOMMET

    Après trois défections, nous sommes encore 48 au départ de cette semaine vers les Alpes : c’est déjà un record pour le club. Mais en vérité, nous ne savons pas bien ce qui nous attend : au moment du choix, en octobre dernier, nous avons bien approfondi les critères de choix, mais ces critères ne sont que sur papier, et il apparaîtra très rapidement que l’un d’eux – la disposition d’une piscine – ne sera pas rempli…
    Quarante-huit, pour la dernière de Yannis, chauffeur pour ces voyages du club depuis dix ans, très apprécié de tous, tant pour ses qualités de chauffeur que pour sa sympathie, sa gentillesse, sa disponibilité et la pertinence de ses choix.
      Le départ a été fixé à 7 h ½, ce 24 juin, il fait beau ; à 7 h 25, tout le monde est là, sauf le car et Yannis !!! En effet, un accident inopportun l’a contraint à rebrousser chemin juste avant Bages, et à revenir par un autre itinéraire… Mais à 8 h 10, nous partons. Pause à Béziers-Mont Blanc, repas ( tiré des sacs ) à Montélimar, nouvelle pause un peu après Grenoble, et nous parvenons à Lanslevillard et au VVF vers 17 h 25.

                 


Nous nous installons dans le village, logements de deux pièces dont un séjour pourvu d’un canapé convertible et une chambre avec des lits superposés. C’est assez grand, il y a un coin cuisine, une salle de douche et un WC séparé.
    Le premier repas est déjà séduisant : tartiflette bien garnie… Petite promenade proche à la tombée de la nuit. Un orage, pourtant peu proche, réveille presque tout le monde vers 4 h.

    Le lendemain 25, au lever, le temps est couvert ; le petit déjeuner est bien garni. La plupart du groupe part pour une promenade vers la chapelle Saint-Etienne, qui est perchée au-dessus de la gorge de l’Arc, un peu en amont du village ; d’autres vont faire un tour dans Lanslevillard, découvrant ce que nous allons visiter l’après-midi… Le soleil revient.
    Bon repas, petite sieste, puis nous partons visiter le village de Lanslevillard, avec comme guide Caroline qui est aussi notre animatrice VVF pour les soirées.
    Le soir, présentation d’un film sur les alpages et l’élaboration du Beaufort.

 

               

               

               

               

               

               

               

               

               

               

               

               

               

               

               

  

     Le lundi 26, les choses sérieuses commencent : au programme, rando journée… Il faut constituer des groupes : après consultation d’à peu près tous les membres, trois groupes sont constitués : les « costauds », réputés capables de s’envoyer 800 à 1000 m de dénivelée ; les « moyens », sûrs de pouvoir en avaler 500, et les autres, incertains pour 500 m. La tendance est à se surestimer, ce qui est très positif, mais nos trois accompagnateurs, prévenus, gèrent au mieux : tout  le monde part, depuis « le collet » où Yannis nous emmène, pour le refuge de Vallonbrun, soit 500 m, en trois groupes. Bernadette et Aline Bigourdan restant avec Yannis.
    Tous les autres atteignent Vallonbrun, ce qui est déjà une agréable surprise ; mais là, la vérité de chacun s’impose : pour continuer vers le cirque de Burel, nous ne sommes plus que treize, au lieu de 19 prétendants… Il est vrai qu’à Vallonbrun, le soleil s’étant traîtreusement caché pendant que le vent se levait, il a fallu se rhabiller ( la température est tombée de 25° à 13° en dix minutes ! ) …
    Le groupe « moyen » reformé redescendra à pied jusqu’à Val Cenis – c’est assez long, ils arriveront en même temps que les autres au village – cependant que les plus modestes redescendent paisiblement vers le « Pré clos ».
Les autres s’attaquent à une forte pente qui les conduit, après environ 250 m de dénivelée, en un lieu superbe, un cirque difficile à décrire, un espace bosselé avec des lacs, peu pentu, couvert de gentianes et autres fleurs admirables, avec un petit ruisseau superbe… Nous y mangeons et profitons de ce paysage exceptionnel ; nous sommes guidés par un certain Dominique, accompagnateur idéal d’une randonnée idéale… Après une petite pause au refuge, où nous contemplons une douzaine de marmottes tout près de nous, nous descendons par le sentier de montée, et arrivons au point de départ, mais notre car n’y est pas… Il arrive

quelques minutes après, avec le troisième groupe.   Le soir, karaoké, sans commentaires…

 

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

          

  

         Le lendemain 27, pour se remettre, le programme offre la visite de Suse : nous partons donc vers le col du Mont-Cenis, qui est dans le brouillard… La descente côté italien est assez impressionnante, nous arrivons vers 10 h. La visite est très riche et intéressante : église « chiesa del ponte » ( XIV° ), puis cathédrale ( très sombre à l’intérieur, il faut près de dix minutes pour voir quelque chose, du début du XI° siècle ), porte de Savoie ( fin de l’empire romain ), puis après un agréable parc, aqueduc romain, arc d’Auguste ( arc de triomphe ), puis l’amphithéâtre romain, l’église san Francesco ( XIII° ), et pour finir, avant quelques minutes de liberté, la casa de Bartolomei et la Torre dei rotari ( XIII° et XIV° ). Bien sûr, cette énumération ne donne pas idée de l’intérêt de ces sites.
    Nous repartons vers Novalese pour un repas pantagruélique de dix plats tous très bons et accompagnés d’excellents vins : repas extraordinaire… qui justifie une promenade digestive dans le village de Novalese, d’ailleurs très joli.
    Nous reprenons la route pour remonter vers le Mont-Cenis, toujours dans le brouillard… Nous nous arrêtons cependant près du lac ( que nous ne voyons pas ), pour visiter rapidement une chapelle pyramidale fort jolie elle aussi.
    Le soir, soirée loto très animée, participation maximale de notre groupe ( plus de quarante participants de Crêtes et Sentiers ).

               

                        

                

                

                

                

                

                                           

                                                                   

                              

 

  Le lendemain mercredi commence par une mauvaise nouvelle : la maman de Simone est décédée dans la nuit… Simone part, accompagnée par Andrée Cambres.
C’est une nouvelle journée de rando, mais la météo n’est pas fameuse : nos accompagnateurs – Dominique de nouveau, accompagné par deux charmantes femmes – ont donc décidé de changer de programme : au lieu d’aller comme prévu vers Bonneval et les glaciers, nous partons vers Bellecombe ( où il n’y a plus de Bellecombaises ), à 2300 m. Le temps est très gris, menaçant. Pendant que les filles emmènent le gros de notre groupe vers un tour des lacs en surplomb du Doron, Dominique emmène les apôtres ( les douze, plus un : douze mêmes que lundi, le treizième remplacé par une treizième ) à la pointe de Lanserlia, à 2909 m : 600 m bien raides parmi les fleurs, deux petits lacs, puis une crête quelque peu vertigineuse pour atteindre un panorama magnifique à 360°, la Grande Casse un peu dans les nuages, le roc noir, l’Arpont, le dôme de Chasseforêt, la dent parrachée bien sûr, les glaciers de la Vanoise, mais aussi une vue plongeante sur la vallée du Doron et la Rocheure : en résumé, un des plus beaux panoramas de montagne accessible à nos vieux muscles…
Le ciel est toujours aussi menaçant, mais il n’est pas encore tombé une goutte. On redescend vers le refuge du Plan du Lac, où nous devons nous retrouver : forte descente assez difficile, où nous rencontrons des pieds de genépi, avec des passages à flanc dont on ne voit pas le fond, néanmoins pas vertigineux… La grêle arrive lorsque nous avons quitté les passages difficiles, puis un peu de pluie qui cesse provisoirement, remplacée par une bonne brume… Lorsqu’elle se lève, les montagnes de Vanoise nous apparaissent au-dessus des nuages, c’est saisissant ; puis la pluie revient, « en pesant bien ses gouttes », jusqu’à l’arrivée au refuge, où le soleil réapparaît : nous mangeons donc dehors…
Extraordinaire rando, d’une plénitude absolue : celle de lundi était idéale, celle-ci était complète : c’est très différent mais d’un intérêt exceptionnel.
    Nous revenons tous ensemble, la pluie revient, assidue, lorsque nous arrivons au village.
L’apéro animé de ce soir, conduit par Caroline, est très animé… Repas italien ce soir, encore très copieux. La soirée est occupée par les histoires racontées par un ancien maire de Lanslevillard, bon conteur certes, mais au propos un peu puéril…

 

                    

                      

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                     

                    

                    

                    

                    

 

 Jeudi 29, dernier jour… Du coup, on se lève un peu plus tard. A 9 h, visite de la fromagerie de Lanslebourg : visite intéressante ( fabrication du Beaufort ) suivie d’achat de fromages, puis de saucissons et autres bouteilles ( de genépi notamment ), puis encore d’autres choses diverses.

 

                    

                                                  

                              

                    

 

         

 L’après-midi, rando à partir de Bonneval, jusqu’à l’Ecot, en grande partie sous la pluie, néanmoins très belle, avec Dominique et son parapluie… Très jolie rando nonobstant le mauvais temps, village de l’Ecot, gorges de l’Arc, clématite des Alpes et quantité d’autres belles choses… Visite de Bonneval très brève sous la pluie…

 

    

 

                      

                      

                      

                      

                      

             

                 Le soir, fondue très lourde en fromage, accompagnée de charcuterie et de pommes de terre ! Puis petite célébration pour le départ de Yannis ( qui quitte la région pour retourner à la Réunion, son pays natal ) : Bernadette se fend d’un joli poème qu’elle a du mal à dire tant elle est émue, tout comme Yannis d’ailleurs. Puis soirée dansante qui connait un bon succès.

    Et nous voici déjà le 30, jour du retour. Il fait beau. Tout est prêt à 8 h ½, on fait des photos, départ vers 8 h ¾, arrêt boulangerie à Lanslevillard, puis route, pause avant Grenoble, arrêt repas à Portes les Valence ( il y a des bouchons sur l’autoroute ), on repart à 14 h, pause à Ambrussum, arrivée à Bages à 18 h 25 : il pleut !

    On peut penser que ce voyage restera dans les souvenirs, tant les prestations qui nous ont été offertes ont été de grande qualité et sans faiblesse : repas copieux, agréablement servis, bonne cuisine, randos exceptionnelles avec des accompagnateurs exceptionnels qui nous ont fait ignorer les conditions météo parfois dissuasives ; ambiance tonique et cohérente, convivialité constante et variée, forte participation de tous à toutes les activités, bonne humeur permanente… C’est beaucoup de plaisir pour tous, ce qui est le but de l’opération.

 

                                                                        

 

        et des fleurs !!!!!    et des fleurs !!!!!      et des fleurs !!!!!   

   et des fleurs !!!!!    et des fleurs !!!!!       et des fleurs !!!!!   

                  et des fleurs !!!!!    et des fleurs !!!!! 

 

                   

                   

                   

                   

                   

 

                        et un grand merci à tous les photographes.

               

 

                                    

                  

 

 

 

 


Commentaires

 

1. gegedu28  le 25-08-2017 à 15:05:17  (site)

Vraiment SUPERBE ce reportage !
Ces fleurs sont magnifiques, en connaissez-vous leur nom ?


Merci d'avance.
Gégédu28

édité le 25-08-2017 à 15:06:22

 
 
 
le 02-08-2017 17:48

2017-07-25 Le Géant

        Le Géant avec François le 25 juillet 2017.

                  Les photos de Monique.

 

                                                                 

           

           

           

           

           

           

           

           

           

           

           

           

           

                                                                               

 


 
 
le 20-07-2017 21:32

2017-07-12 Le Cambre d'Aze

         A l'assaut du Cambre d'Aze avec François

              

                      le 12 juillet 2017.

 

 

COURBE-TOI, FIER (SI)CAMBRE D’AZE…


La première de la saison d’été, ce 12 juillet, mercredi, est dédiée au Cambre d’Aze. Ce n’est pas le plus haut de la chaîne, ni le plus mythique, mais peut-être le plus spectaculaire, avec son énorme falaise qui fait face à Mont-Louis et sa situation dans l’axe de la vallée de la Têt… Mais il faut se l’envoyer, c’est une bonne montée continue de près de 1100 m de dénivelée : naguère, on pouvait monter en voiture jusqu’au Pla du Cambre d’Aze, mais aujourd’hui, la piste est dissuasive, et il est préférable de s’arrêter un peu plus bas, à 1750 m.


Nous sommes six au départ à Bages, à six heures, dont deux qui ne sont pas ( encore ) au club. Deux François ( pour le cas où un seul ne suffirait pas ), trois filles et trois mecs. Route sans souci jusqu’à Saint-Pierre dels Forcats, petit tâtonnement pour trouver la piste, et à pied d’œuvre vers 7 h 45. Il fait beau, un peu de vent est attendu.

Ca commence paisiblement, sur la piste ; trop paisiblement du reste : peu après le Pla, nous admirons un large panneau indiquant « circuit du Cambre d’Aze, début » et continuons la piste… Mais après quelques hectomètres, soudain, il vient à l’idée de jeter un coup d’œil à la carte : heureuse initiative, nous ne sommes pas sur le bon chemin ! ( ça devient une habitude… ). Demi-tour donc, nous redescendons… jusqu’à ce beau panneau que nous avons admiré tout à l’heure, et qui indique en fait le début d’un sentier, celui qu’il fallait prendre !

Et alors, ça monte… régulièrement, mais fermement et définitivement, en sous bois, sentier bien marqué. Petite halte pour casser la croute, puis on reprend… Vers 2200 m, on sort des arbres, puis la végétation se limite à de l’herbe, assez rare parmi un paysage très minéral, très pentu sans être vertigineux ni dangereux. Mais ça monte toujours, on voit quasiment le sommet, qui paraît s’éloigner à mesure qu’on monte. Nous parvenons au bord d’une crête qui laisse apparaître la falaise et le sommet, impressionnants, mais le sentier continue dans la zone pierrier-prairie, qui nous amène presque à midi à un pré-sommet, à l’altitude 2705 m, et à une crête très abrupte qui conduit au sommet. Il y a là deux orris très opportuns pour se protéger du vent ( pas très fort, mais pas chaud du tout ), nous décidons que nous mangerons là.


Mais nous sommes venus pour aller au Cambre d’Aze, donc excepté celui ( que vous connaissez ) qui craint le vertige, le groupe va jusqu’au sommet, un quart d’heure de marche en plus, pour profiter pleinement de la vue à 360°. C’est le moment où le vent décide de cesser, c’est parfait.

Repas donc vers 13 h, puis nous reprenons le même sentier pour le retour, qui descend autant qu’il montait ce matin ! longue descente pentue donc, un peu interminable, et nous retrouvons la piste, puis les voitures : le plus difficile reste à faire, pour les conducteurs… avant une sieste méritée.


Très belle rando, temps parfait, le vent limitant la chaleur à la montée, bien tonique et physique, très belle vue depuis le sommet ( et déjà plus bas ), notamment sur toute la chaîne de Cerdagne ( Puigmal, Torre d’Eyne, Pic d’Eyne, Pic de Nou Fonts ) et le Capcir, avec le Carlit et les Péric, le lac de Matemale, un peu du lac des Bouillouses, et le Canigou très loin…

 

                   

 

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

                    

    

                  

                   

                   

                   

                   

                   

                                                                     

 

                                                                            Les photos d'Isabelle


 

 

 


 


 
 
le 13-07-2017 21:08

2017-07-06 - Grillade- 3

 
 
Photos de Chantal et Christian

 

Presque 60 personnes pour le pique-nique à St-Génis des Fontaines,

avec un temps voilé mais très agréable.

Un bel événement pour terminer la saison… en attendant la prochaine !!!

 

 

                                          

                                                                            

                      

                       

                       

                       

 


 
 
le 11-07-2017 22:16

2017-07-06 - Grillade-Suite

     Toujours plus de photos de la grillade à St-Génis.

            Christian L., Jacky et Patrick.(en vrac).

 

                                                                                   

                             

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                              

                                                                             

 

      

 


 
 
le 11-07-2017 14:38

2017-07-06 Grillade selon Patrick

   Beaucoup de photos pour la grillade du 6 juillet 2017.

        Voici pour commencer celles de Patrick.

               Pour la vidéo ------> ICI

 

                                                                              

                         

                         

                         

                         

 

                          

                       

 


 
 
le 07-07-2017 22:00

2017-06-21 Le Sailfort en nocturne

           Le Sailfort en nocturne le 21 juin 2017

              Magnifiques photos d'Isabelle.

 

 

LEVER DE SOLEIL SUR LA MER… DE NUAGES


La rando nocturne n’attire pas les foules… Il y a, certes, des justifications fondées à cette crainte de la nuit qui, en l’occurrence, avait oublié de se pourvoir d’une pleine lune, mais elles n’enlèvent rien au plaisir ressenti au lever du jour, sur la montagne, devant une mer de nuages dont seule émerge la Tour de Madeloc, avant qu’un timide soleil rouge apparaisse, ni au plaisir, décalé dans le temps, d’être sorti de ses habitudes visuelles pour se défoncer dans la nuit.


Nous n’étions donc que quatre, ce mardi soir 20 juin, dont une Isabelle ( ca en faisait deux sur quatre personnes ) invitée, sûrement aussi craintive que tous ceux qui sont restés dans leur lit… Départ de Bages à 23 heures comme prévu, nous arrivons au Rimbau vers 23 h 30 et nous attaquons une belle piste en béton immédiatement pentue. Guy a pris soin de briefer les deux Isabelles sur ce qui les attend, l’idée de base étant de marcher sans lampe pour profiter de la nuit au maximum.

La piste se prête bien à l’exercice ; en revanche, la consultation de la carte est plus délicate, si bien que lorsque nous rencontrons un carrefour, nous choisissons – logiquement, convenez-en – la piste qui monte… Mais une demie heure après, nous rencontrons une barrière sans contournement possible, très dissuasive… Nous devons rebrousser chemin, mais jusqu’où ? Après avoir redescendu un bon bout, nous nous décidons à la consulter, cette carte : lumière donc, recherche appliquée à deux, deux modes de recherche différents, qui aboutissent à la même conclusion : nous sommes tout près du lieu de notre erreur ; un coup d’œil au GPS ( eh oui, il est en service ) nous confirme tout ça, mais nous ne voyons pas d’autre chemin. Nous descendons encore un peu et retrouvons cette piste qui redescend, que nous n’avons pas retenue : c’est pourtant bien celle-là la bonne ! Redescente donc jusqu’à un ruisseau, puis la piste longe le ruisseau, toujours à faible pente, avant de remonter paisiblement parmi les vignes ( celles-ci, on ne les verra que demain, au jour ). Notre Isabelle invitée marque un peu le coup, chacun le comprend, mais elle poursuit stoïquement.


Nous parvenons à une citerne, où le balisage paraît quitter la piste : cette fois, observation de la carte ( aïe, encore la lumière ! ) qui confirme cette option, et nous nous embarquons sur un sentier, certes bien marqué, mais un peu boisé… Isabelle décide d’activer sa lampe frontale, ce qui est pleinement justifié. Nous rejoignons ainsi le chemin de l’eau, qui nous est bien connu, et le suivons à flanc jusqu’à l’endroit où le GR 10 s’en sépare. Nous y mangeons un petit morceau et reprenons notre ascension, cette fois chacun avec une lampe.

En effet, ce sentier du Saillefort n’est pas commode : ça monte fermement, c’est très caillouteux, voire rocheux ; le jour, ça passe bien, mais la nuit, c’est plus difficile et fatiguant… Le temps passe, nous n’en voyons pas le bout… La lune, petit croissant de dernier quartier, s’est levée, mais elle n’apporte pas de lumière. Nous jouons avec la brume : tantôt nous sommes au-dessus, tantôt elle nous dépasse… Nous arrivons enfin, vers 4 h ¼, tous quatre bien moulus, et nous nous posons où nous trouvons un emplacement moins pentu. Vite, dans les sacs de couchage, pour un petit dodo : mais voilà qu’une vache, sans mauvaise intention, vient brouter tout près de notre bivouac de fortune, agitant consciencieusement sa cloche… Le sommeil prend un peu de retard, mais nous finissons tous quatre par dormir, environ une demi-heure. Le jour se lève, puis le soleil se montre au-dessus des nuages d’où seule émerge par intermittences la Tour de Madeloc… Moment sublime qui fait oublier la fatigue… Quelques pas pour se dégourdir les jambes, visite au « refuge » du Sailfort ( nous en sommes tout près, mais ne l’avions pas vu la nuit ! Du reste, nous ne trouvons pas aisément, de jour, comment y entrer, autant dire que de nuit, pas la peine d’essayer ), petit tour pour profiter du paysage, puis petit déjeuner, café chaud.

Et puis il est temps de redescendre, vers 7 h ½, par le même chemin ( pour voir enfin comment il est ! ) ; la brume s’écarte à notre arrivée, nous découvrons les vignes au revers de la Madeloc et retrouvons notre voiture vers 10 h…

Un gros dodo s’ensuivra pour chacun, avec un grand plaisir partagé et une bonne fatigue physique bénéfique.

 

                                                                          

                    

                     

                     

                     

                     

                     

                     

                     

                     

                                            

 

 


 
 
le 21-06-2017 22:15

2017-06-20 Col de l'Ouillat

 Le mardi 20 juin 2017 avec Guy à l’Ouillat

A 938 m d’altitude pour ce dernier mardi de la saison,

la température était excellente pour ces 5,5 km.

Les 8 marcheurs ont apprécié cette piste très ombragée.

Comme d’habitude, des vaches se promenaient sur la route !

 

Photos de Chantal et Christian
                                                                           
 
                                                                      
                 
                  
                  
                  
                  
                  
                                                                    
 


Commentaires

 

1. anaflore  le 22-06-2017 à 09:12:09  (site)

de belles photos bravo

 
 
 
le 19-06-2017 20:33

2017-06-17 La vallée d'Eyne

Le 17 Juin  2017 avec Gérard

La Vallée d’EYNE


3+2 Randonneurs
IBP : 64

Distance totale :  10.280 Km
Durée totale : 6 h 23
Temps de déplacement :  4 h 17
Temps de pause :  2 h 06
Moyenne de déplacement : 2.7 Km/h

Un paysage à couper le souffle, des marmottes, des isards, des vautours
(Gypaète barbu), un hélicoptère, des fleurs et des angéliques sauvages
(Coscolls) et des rhododendrons en fleurs . Une grimpette facile au bord de l’eau à la fraicheur toute la journée (21°) et une légère tramontane pour agrémenter le tout.
 
                                                                            
                                                                          
                                                                          
        
                    
        
                    
 
                                                                               
 


 
 
le 17-06-2017 16:23

2017-06-15 Castell de Cabrera


Environ 4 km de montée et autant de descente
sur un sentier caillouteux ce jeudi 15 juin 2017 avec Marcel,
depuis le hameau de Illas, jusqu’au Castell de Cabrera.

On y a eu la visite d’une chèvre pas du tout sauvage.
La marche sous un soleil de plomb a mis à rude épreuve certains organismes.
Retour à Bages à 13 h.
 
Photos de Christian
 
                                                                        
                      
                       
                       
                       
                       
                       
                       
                       
                                                                       
                     

 


 


 
 
le 16-06-2017 21:38

2017-06-13 Ortaffa

Encore une chaude matinée pour cette marche

avec François ce mardi 13 juin 2017.

Départ à Ortaffa en direction de la Chapelle Ste-Colombe.
9 km environ pour ce parcours plat et assez ombragé.

 Photos de Chantal et Christian

 

                                                                             

                          

                          

                          

                          

                          

                          

                          

                          

                          

                                                                           

 


 
 
le 14-06-2017 22:48

2017-06-10 Roc Saint-Sauveur


Voici les photos d'Isabelle de samedi dernier.
Et son commentaire qui se passe de commentaire !!!
 
"Le Roc St Sauveur s'est refusé à nous mais un jour nous le vaincrons !!  *:) Heureux"
 
                       
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                        
                                                 
                                                                           
 


 
 
le 13-06-2017 20:00

2017-06-10 Roc Saint-Sauveur - Amélie les Bains

Le 10 juin 2017 au Roc Saint-Sauveur avec François.
Les photos de Danielle.
 

LA PLUS AFFREUSE DE LA SAISON…


Ne me parlez plus de Saint-Sauveur ! Heureusement que les membres du club sont tolérants et patients, parce que ce samedi 10 juin, il y avait de quoi protester ! Mais il y avait là huit courageux endurants et patients qui ont accepté sans broncher une épreuve inédite semble-t-il…


Comment cela ? quel est le couillon d’animateur qui a inventé une rando pareille ? Vous ne devinez pas ? tant mieux. Toutefois, en l’occurrence, l’animateur n’est fautif que dans la mesure où il n’a pas reconnu la rando : pourvu régulièrement d’une carte actuelle ( version de 2010, comme celles qui sont sur le marché actuellement ) exposant nettement un sentier balisé, et même d’un topo datant lui de 1995, décrivant l’itinéraire, il pouvait espérer trouver le chemin, prétendument balisé de vert et blanc…


Tout commençait bien : nous étions sept au départ de Bages, et neuf à partir d’Amélie- les- Bains, pour attaquer la petite route sinueuse qui mène à Montalba, où nous arrivâmes un peu après neuf heures. Beau temps absolu, forte chaleur en vue, mais le parcours paraît boisé. Comme indiqué sur la carte et le topo, nous prenons le GR 10 à droite ( nous devons revenir par l’autre côté ) sur une bonne centaine de mètres, et trouvons un chemin à gauche, comme prévu, mais balisé de blanc seulement ; fort bien balisé, d’ailleurs ; ça monte, comme prévu, à l’ombre ; le sentier n’est pas très net, mais le balisage est parfait.

Nous nous arrêtons pour casser la croûte comme d’habitude, vers 10 h, nous avons déjà monté 300 m ! La carte et le topo indiquent qu’il faut monter par la crête, mais nous n’y trouvons pas la suite du balisage ; le sentier paraît continuer effectivement par la crête, nous y allons. Toutefois, ça se corse un peu : nous rencontrons plusieurs passages rocheux, malaisés, et parvenons sur un éperon, peu lisible sur la carte, qui nous oblige à redescendre d’une bonne trentaine de mètres ; du coup, pour éviter que ça ne se reproduise en continuant à suivre la crête, mais aussi en pensant que le balisage devait continuer en évitant cet éperon par la droite, nous décidons de prendre à flanc, vers la droite. Mais alors, nous rencontrons des parois rocheuses qui nous obligent à redescendre sensiblement, cette fois sans la moindre trace de sentier… Dès lors, il devient impératif de remonter en insistant à gauche, dans le but de retrouver la crête ; nous marchons ainsi à flanc, dans les bruyères, mais heureusement toujours à l’ombre, nous marchons, nous montons… passe midi… A midi et demie, nous décidons ( je dis nous, parce que, par bonheur, nous avons échangé nos points de vue tout au long du parcours ) qu’il est plus raisonnable de rebrousser chemin, en cherchant à atteindre la crête en ne montant plus, pour redescendre raisonnablement par la crête. Comme nous sommes arrêtés sur un espace plat et ombragé, nous décidons de manger avant de repartir. Pastis pour se réconforter, croquants au dessert, et nous repartons vers 1 h et demie.

Nous atteignons la crête sans trop de difficultés, mais nous n’y trouvons pas de sentier ; peu après, la crête prend une pente impraticable, nous nous en écartons donc, pour entreprendre une forte pente, toujours sans sentier, dans les bruyères et les branches diverses… Cette descente difficile et interminable nous ramène à notre itinéraire de montée, que nous croisons sans le voir ( c’est le GPS qui me l’indique ), parce que c’est à cet endroit qu’à l’aller nous sommes redescendus… Nous nous retrouvons donc à flanc, toujours plongés dans les bruyères, marchant au GPS, à l’orientation, mais contraints par la forte pente du terrain ! Excellent exercice certes, mais plutôt épuisant, à la recherche du passage le moins dangereux, montant le moins possible, suivi par huit acolytes certes très coopérants mais commençant à être sérieusement fatigués…

Mais à force d’efforts, nous nous rapprochons de l’itinéraire de montée, dans la partie où il y avait du balisage : pour la centième fois de la journée peut-être, je consulte le GPS et j’annonce « à 3 mètres du chemin de montée », et un œil plus perçant que le mien aperçoit – enfin ! – notre balisage de points blancs… Ouf ! Nous voilà tirés d’affaire ! La fin de la descente nous paraît désormais d’une facilité inouïe… Nous sommes tous couverts de brindilles, dehors et dedans… N’y aurait-il pas une buvette à Montalba ? Hélas non, mais un petit bassin d’eau fraîche permet de rafraichir les pieds meurtris, et finalement nous avons passé une bonne journée, épuisante assurément (bonjour les courbatures !) mais très positive tant l’ambiance du groupe est restée bonne tout le long. Merci à ces huit pour leur patience exemplaire et leur bonne humeur constante, perlée même d’humour tout-à-fait à propos.

 

                    

                    

                    

                    

                    

                                             

 

 

 

 


 
 
le 11-06-2017 21:17

2017-06-08 Villeneuve de la Raho

 Guy et Marcel ont réuni les 2 groupes
pour Villeneuve de la Raho.

Seulement 12 marcheurs
 au rendez-vous du jeudi 8 juin 2017.

C’est une sage décision pour cette chaude matinée
 et ses 5,5 km sur un terrain très plat.
 
Photos de Chantal et Christian
 
                                                                             
                       
                        
                        
                        
 


 
 
le 10-06-2017 21:50

2017-06-08 Villelongue dels Monts

     Avec Gérard à Villelongue dels Monts, le 8 juin 2017.

    Données GPS -----> ICI et photos de Christian

    ainsi que la vidéo ------> ICI

 

                                                                               

                                                                        

                          

                            

                                                      

                             

                             

                             

                             

                             

                             

                             

                             

 

                            

 


 
 
le 10-06-2017 20:00

2017-06-06 Tordères

Avec Guy autour de Tordères.
 
7 marcheurs ce mardi 6 juin 2017
6,6 km au lieu des 5 prévus
suite à un sentier barré avec un comité d’accueil à 4 pattes.

Promenade agréable un peu sportive dans les bois
dans une ambiance très décontractée.
 
Photos de Chantal et Christian.
 
                                                                        
                    
                    
                    
                    
                    
                    
                    
                                                                     
 


 
 
le 09-06-2017 22:16

2017-05-30 Fourques


9 marcheurs pour ce 4e circuit autour de Fourques
ce mardi 30 mai 2017 avec François.

11 km sous un ciel légèrement couvert.
Circuit agréable parmi les vignes.

 Photos de Chantal et Christian.
 
                                                                      
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                                                                   
 


 
 
le 09-06-2017 17:47

2017-06-01 Canohès, le long du canal

Ce jeudi 1er juin 2017

Petite rando santé le long du canal
en direction de Canohès.

12 marcheurs sous la conduite de Guy .
7,5 km sous les arbres (platanes, chênes etc.)
Un aller-retour au frais pour un retour à 11h.
 
Photos de Chantal et Christian
 
                                                                       
                 
                  
                  
                  
                  
                  
                  
                  
 


 
 
le 09-06-2017 09:47

2017-05-25 La Bataille du Boulou


En ce jeudi de l’Ascension, pas de répit pour 8 marcheurs.
François nous a accompagnés au Boulou
 direction la Chapelle St-Luc avec passage
sur le site de la bataille du Boulou (1794).

Le beau temps est devenu de plus en plus chaud
au fil des heures avec un retour à Bages avant midi.
 
Photos de Christian
                           
                                                                    
              
               
               
               
               
               
               
 


 
 
le 08-06-2017 21:36

2017-05-23 Palau del Vidre-Sainte Colombe


Seulement 6 marcheuses dont Cathy notre guide et 1 marcheur
ce mardi 23 mai 2017 au départ du plan d’eau de Palau del Vidre
en direction de la chapelle Ste-Colombe.

12 km sur un terrain plat et en partie très ombragé.
Des animaux, des arbres fruitiers, des fleurs
ont contribué à rendre la matinée très agréable.
 
Photos de Christian
 
                                                                        
                  
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                   
                                                                      
 


 
 
le 08-06-2017 19:13

2017-05-18 Roc de Majorque

 

Marcel nous guide vers le Roc de Majorque ce jeudi 18 mai 2017.

Nous sommes 8 pour ce premier jeudi matin avec le beau temps.
Beaucoup de fleurs dont des chèvrefeuilles très colorés.
Photos de Christian.
 
                                                                               
                        
                         
                         
                         
                         
                         
                         
                         
                         
                         
                         
 


 
 
le 07-06-2017 22:06

2017-06-03 Forêt de Boucheville par les gorges de San Jaume

Le 3 Juin 2017 avec Cathy
 
 
 
 

Les Gorges de Saint Jaumes
le Col de Tulla
Le Col de Bène
Le Col de Boire
Dans la Foret de Boucheville
IBP  : 87
4 + 1 tout seul
Distance : 24.700 Km
Durée totale  : 8 h 43 mm
Déplacement :  6  h 55  mm
Temps de Pause  :  1 h 48 mm
Moyenne de déplacement   : 3.9 Km/h

Température  : 22,17,12 et 20° en arrivant à la voiture
Temps couvert avec un léger marin et une petite pluie d'une demi heure
à 15h00 loin de l'arrivée.

Données GPS de Gérard -------> ICI
 
            
                                                                         
                                             
                                                 
                    
                    
                    
 


 
 
le 07-06-2017 21:38

2017-06-01 Laroque des Albères - Le puits à neige

 

 

Le 1° juin 2017
Le Puits à neige Laroques des Albères

9 + 6 Randonneurs

IBP :  46
Distance totale : 9,520 Km
Durée totale : 4 h 06 mm
Temps de déplacement :  3 h 22 mm
Temps de repos : 0 h 43 mm
Moyenne de déplacement : 3,3 Km/h

Température de 26° Temps ensoleillé avec une légère brise par moment.

Photos de Christian


Données GPS de Gérard ----------> ICI  

 

 

               

 

                     

                     

                     

                                                                        

 

                    

 

 

 


 
 
le 07-06-2017 14:28

2017-05-27 Villefranche du Conflent

   Chapelles et flore au nord de Villefranche de Conflent

              Le 27 mai 2017 avec Marcel.

           Les photos de Monique et Isabelle.

 

                                                                          

                      

                      

                                                                      

                  

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

 

                   

                   

                   

                   

                   

                                                                   

 

                                                                        

 


Commentaires

 

1. gegedu28  le 07-06-2017 à 15:37:18  (site)

Encore un beau reportage !
... j'ai surtout prêté attentions aux fleurs, et à leur noms, en fin d'article.
... j'aime moi aussi les fleurs sauvages.
A+
Gégédu28

 
 
 
le 06-06-2017 22:12

2017-05-20 La Forêt de Boucheville

Le 20 Mai 2017 La Forêt de BOUCHEVILLE

avec Gérard
13 = 6 Randonneurs
IBP : 51
Distance Totale :  13.897 Km
Durée Totale :  6 h 27
Temps de Mouvement :  4 h 05
Vitesse Moyenne : 3.39 Km/h
Temps de repos : 2 h 21
Température de 10 à 18°
Temps avec quelques nuages, un peu de pluie et un peu de vent.
 
=======================================================================================================
 

LA FORET DE BOUCHEVILLE… OU PRESQUE


C’est pas la porte à côté, la forêt de Boucheville ; il paraît que c’est très beau, c’est donc que nous n’avons pas tout vu cette fois-ci… Mais ce n’est pas la faute de Gérard, il fait confiance à la presse ( l’Indépendant en l’occurrence ) ; il devrait pourtant le savoir, que la presse n’est pas fiable. En tout cas, je suis mal placé pour le critiquer, moi qui aime comme lui improviser les randos : d’ailleurs, cette rando en vaut bien d’autres, mais nous devenons difficiles. Du reste, nous étions dix-neuf, donc c’était bien !


Dix-neuf, donc, ce samedi 20 mai, en route pour… Vira ( qui connaît Vira ? ) ; par où diable peut-on passer pour y aller ? col de la bataille, Sournia, Ansignan ? Pour ceux qui aiment les routes tortueuses, au poil, mais pour ceux qui sont un peu malades en voiture, bonjour les dégâts… Donc finalement, nous décidons de partir par la route de Foix, qui est tout de même plutôt paisible, jusqu’à Saint-Paul de Fenouillet. Après, ça se corse un peu, mais ce n’est rien en regard de la route d’Ansignan au Vivier, parce que Vira, c’est encore plus loin que le Vivier !

Mais finalement, nous y arrivons avant 9 h et demie. La météo annonçait du beau, mais c’est plutôt nuageux, voire pluvieux, certains sortiront la cape… Après, je ne sais plus : Michel Moratona m’accompagne ( je dois reconnaître que cette fois-ci, c’est moi qui l’ai branché ) dans une discussion sur la poésie et la littérature, digne de celle qu’il avait eue sur la pêche avec l’autre Michel… Mais nous marchons ; dans la première partie, rien de bien sensationnel, à vrai dire, c’est paisible, facile, boisé, chemin sans surprise… Malgré le casse-croute habituel, on sent la faim peu après midi, il faut trouver un endroit à la satisfaction de notre vice-présidente bien aimée… Dur labeur ! Et nous nous arrêtons au bord du chemin, il y a de l’ombre et du soleil, mais pas de fauteuils… Nous mangeons quand même ( on a connu bien pire !!! ), les extras sont rares aujourd’hui. Une petite sieste ( il n’y a pas de lits non plus… ) et nous repartons… pour trouver quelques hectomètres plus loin, au pont des verriers, des tables, des bancs… O ironie du sort ! C’est la seule ligne du topo de l’Indep que Gérard n’avait pas lue ! Je ne vous décris pas la volée de sarcasmes qui pleuvent sur lui !

Mais désormais, nous sommes effectivement dans la forêt de Boucheville, qui se caractérise par une énorme variété d’arbres et de plantes diverses ; nous trouvons même un petit chemin botanique ( on y trouve seulement les arbres et arbustes les plus courants, mais c’est toujours intéressant de vérifier ses connaissances ). Nous cherchons la source des verriers : tous les esprits logiques pensaient qu’elle devait être en amont du pont du même nom : eh bien non ! Plus loin, il faut choisir entre deux chemins, un qui va à la source des verriers et un qui va directement à Vira : bien sûr, nous prenons celui de la source… Eh bien, cette source se trouve dans le village de Vira, à moins de cent mètres de notre point de départ ! Et dans le village, à cinquante mètres de la source, il y a un panneau indiquant « source des verriers, 13,5 km » pour indiquer la rando que nous avons faite !!!


Au total, une agréable rando facile, très animée et joyeuse, mais bien lointaine…

 

=================================================================================================================

                                                             

                               

                               

                                                                                

 

                                                                  

 

 

Données GPs de Gérard ---------> ICI

 

 


 

 

 

 

 


Commentaires

 

1. anaflore  le 07-06-2017 à 08:10:02  (site)

bravo pour la photo du jour

2. fafa-012  le 07-06-2017 à 10:52:33  (site)

bonjour
bravo pour la photo du jour.

3. gegedu28  le 07-06-2017 à 15:30:18  (site)

... un endroit superbe pour les randonneurs !
Belles photos qui ont attiré l'attention des modérateurs de VEF, et qui vous valent d'être primé Photo du Jour !
smiley_id117184
Bonne continuation.

4. asdepic  le 07-06-2017 à 16:40:34  (site)

bravo pour la photo du jour bon mardi

5. christineb  le 07-06-2017 à 20:59:43  (site)

Bravo pour la photo du jour et la randonnée.

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article